Ici
Home > Actualites > APPEL À TÉMOINS DANS L’AFFAIRE PÉTRO-TIM

APPEL À TÉMOINS DANS L’AFFAIRE PÉTRO-TIM

Les éclaircissements du procédurier Me Moussa Sarr Face à la presse, mercredi, pour se prononcer sur différents dossiers judiciaires à élucider dont celui de Pétro Tim incriminant Aliou Sall, frère cadet du chef de l’Etat, Macky Sall, le procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, a lancé un appel à témoins. Une démarche attentiste qui inquiète, cependant, le procédurier Me Moussa Sarr. L’avocat se préoccupe de l’absence de garde-fou lorsqu’une telle procédure d’appel à témoins est mise en œuvre. «En droit, l’appel à témoins est le fait que lorsqu’il y a une prétendue infraction de demander à toute personne qui en sait quelque chose de venir la révéler à la justice. Ce  principe consiste à laisser libre toute personne détentrice d’une quelconque information sur une affaire de venir faire sa déclaration pour aider à la manifestation de la vérité», clarifie Me Sarr.   A ce propos, le juriste dresse le profil des témoins concernés par cette enquête non sans mettre en garde contre les faux témoignages. «Un témoin, c’est quelqu’un qui connaît lesdites affaires. Vous l’avez vu ou entendu. C’est cela un témoin. Quelqu’un qui s’interroge n’est pas un témoin. Quelqu’un qui commente n’est pas un témoin. Le témoin, c’est celui qui était présent ou qui a des éléments probants sur cette affaire entre ses mains», édifie Me Moussa Sarr. L’avocat prévient que les prétendus témoins, c’est-à-dire ceux qui ne détiennent pas aucune preuve matérielle, peuvent être poursuivis pour délit de faux témoignages. «Lorsque vous allez au niveau de la Justice pour prétendre que vous êtes un témoin alors que vous n’avez aucun document entre vos mains, vous n’en savez absolument rien, vous commettez un délit de faux témoignages. Il ne s’agit pas d’aller raconter n’importe quoi. Quand vous n’en savez pas quelque chose, vous ne pouvez pas dire que vous êtes un témoin», avertit le juriste. Pour rappel, le Procureur a appelé toutes les personnes qui détiendraient des informations sur le «scandale à 10 milliards de dollars» présumé à venir les divulguer à la Division des investigations criminelles (Dic) qui a été instruite pour l’ouverture d’une enquête sur le sujet. A.SIDY

Laisser un commentaire

Top