Ici
Home > Author: Site par défaut

Mali : Une quarantaine de morts dans l’attaque de deux villages

Une nouvelle tuerie dans le centre du Mali a fait « 38 morts et de nombreux blessés », a indiqué mardi soir le gouvernement malien, selon un bilan encore provisoire, alors qu’une embuscade contre une patrouille de l’armée plus au nord a occasionné des « pertes humaines et matérielles », selon les Forces armées maliennes. Les villages de Gangafani et de Yoro, près de la frontière avec le Burkina Faso, ont été touchés lundi par des attaques, a annoncé le procureur du pôle judiciaire spécialisé de lutte contre le terrorisme, Boubacar Sidiki Samaké. Les violences, qui déchirent cette région depuis quatre ans, ont culminé avec le massacre le 23 mars, attribué à des chasseurs dogons, de quelque 160 Peuls, dans le village d’Ogossagou, près de la frontière avec le Burkina Faso. Une autre attaque le 9 juin à Sobane Da a fait au moins 95 morts et 19 disparus. JOURNAL DU PAYS

Ziguinchor : Premières pluies, premiers dégâts

Le ciel a ouvert ses vannes la nuit dernière, dans la zone sud du pays. De fortes précipitations sont tombées dans la région de Ziguinchor, accompagnées de vents forts et violents. Ces précipitations ont causé d’importants dégâts matériels. Plus d’une cinquantaine de maisons ont été dépouillées de leurs toits. Des poteaux électriques et des arbres arrachés par les rafales de vents. Des familles des quartiers Néma, Alwar et Kandialang ont passé la nuit à la belle étoile. Aucune perte en vie humaine n’est cependant notée. La mairie annonce une opération coup de poing pour débarrasser les rues et les marchés de la capitale sud du pays des saletés et ordures drainées par les eaux ruisselantes.SENEGO

« Parrainage : Au nom de qui et de quoi l’UE se permet de se mêler de nos affaires intérieures » (Par Dr Aliou Sow)

Au nom de qui et de quoi l’UE se permet de se mêler de nos affaires intérieures de façon si condescendante au point de nous dire ce qu’il ne faut pas faire en matière électorale ? L’UE a deux membres permanents au sein du Conseil de sécurité de l’ONU. Nous attendons d’elle une prise de position claire et nette suivie d’actes en faveur au moins d’un siège de membre permanent pour l’Afrique. Nous nous entendrons malgré nos petites querelles de préséance pour choisir le pays devant nous représenter. Vous avez vos principes et vos règles. Nous avons aussi les nôtres. L’amitié et le partenariat modernes nécessitent l’acceptation de la différence. Le système de parrainage existe dans beaucoup de pays européens bien avant son introduction chez nous sous sa forme actuelle. Nous n’avons jamais porté un jugement sur vos pratiques électorales et pourtant elles sont parfois marquées par des contestations.Aucun pays africain n’a condamné la répression des gilets jaunes encore moins les nombreuses carences démocratiques et les violations des droits humains dans une partie de l’Europe.Vous pouvez dire nous aimons bien subir et nous taire en « negres battus et contents ». C’est vrai que « beggars are not choosers », « kougnouy diri do taneu fou sa ndong di diar « . Moi-même qui vous parle, je suis foncièrement contre la forme d’organisation actuelle de notre système de parrainage peu transparent qui comportent plusieurs pièges contre la démocratie même si sa finalité peut être très bonne en cas de rénovation concertée des modalités de sa mise en œuvre. Je l’avais publiquement dit au debut à l’occasion du Congres constitutif des FDS dirigées par le Dr Babacar DIOP. Avec plus de transparence, d’amont en aval, empêchant au pouvoir de se donner le privilège de favoriser ou d’empêcher des candidats de passer le filtre par de vicieuses manoeuvres en plus d’un système clair de financement des candidats retenus, de gestion des comptes de campagne et d’interdiction nette de l’utilisation des ressources financières, humaines et matérielles de l’Etat à des fins partisanes, le parrainage sénégalais servira de bon modèle au reste de l’Afrique. J’espère que ces questions seront rigoureusement traitées par le fameux  » Dialogue national » en cours quoique pollué par la puanteur du pétrole et du gaz et les autres odeurs et bruits des lacrymogènes et arrestations sur fond de déballages, de menaces, de calomnies et d’invectives. Cependant, il faut noter que ce sont les mêmes acteurs actuels du pouvoir qui protestent contre l’UE qui la sollicitaient systématiquement pour une intrusion dans nos affaires intérieures lorsqu’ils s’opposaient au régime du Président WADE. Lors de notre découpage administratif que j’avais l’honneur de conduire de bout à bout, en plus de leurs marches, protestations protéiformes et menaces et provocations multiformes, ils avaient saisi l’UE d’un long courrier de dénonciation pour les aider à y mettre un terme. Quand je l’ai appris, j’avais juré de faire tout ce qui était possible auprès du Président de la République pour les empêcher d’avoir gain de cause par l’intrusion de l’UE dans des réformes aussi normales pour un gouvernement. Alhamdoulilahi, ils n’ont jamais atteint leurs objectifs dans ces conditions et même une fois au pouvoir, ils n’ont rien changé en fin de compte en depit de quelques gesticulations de début de mandat. C’est ça qu’on appelle, en réalité, CRÉER BEAUCOUP DE BRUITS POUR RIEN. L’UE devrait plutôt s’intéresser à ses ressortissants et aux entreprises de ces derniers qui sont impliqués dans des accusations très graves dans la gestion de nos ressources naturelles en facilitant l’éclatement de la vérité non piégée. Vous nous voyez juger de la pertinence ou non de voir la France fusionner ou pas ses collectivités territoriales? Oh que non! Ce sont leurs affaires intérieures. Mais quand il s’agit de nous, il faut toujours voler au secours de ces gens dotés d’une « childhood mentality » avec « no history of their own ». Quelles balivernes! Certains pensent encore qu’il faut nous encadrer comme des gamins à la crèche. Bou boukki faddeh wakhambaneh thia dokhinewala.Nous sommes les vrais responsables de la manière dont nous sommes traités par les autres. L’Europe et l’Afrique sont indissociablement liées et doivent entretenir des relations basées sur le respect mutuel et chaque partie doit s’interdire de s’immiscer dans les affaires intérieures de l’autre tant que les conditions de la « responsibility to protect  » ne sont pas réunies. SENEGO

Mondial 2019 : Marta, la buteuse de tous les records

Jusqu'où s’arrêtera Marta ? La Brésilienne est entrée dans l'histoire de la Coupe du monde de football en prenant la tête du classement des buts marqués lors de la compétition. La capitaine de la Seleção, en inscrivant le penalty de la victoire face l'Italie (1-0), mardi 18 juin à Valenciennes, est en effet devenue l'unique meilleur buteur du Mondial, hommes et femmes confondus.  Avec 17 réalisations à son actif, Marta s'empare donc de la première place du podium, reléguant l'Allemand Miroslav Klose en seconde position. Un autre footballeur, compatriote de Marta, occupe la troisième place, Ronaldo avec 15 buts.  En en prenant en compte que le classement féminin, Marta devance l’Américaine Abby Wambach et l’Allemande Birgit Prinz, avec 14 buts chacune. Marta, après avoir converti son penalty, a aussi offert à son équipe la qualification pour les 8e de finale de cette édition du Mondial de foot féminin organisé en France. Un pays que le Brésil pourrait retrouver sur son chemin au tour suivant.  La Brésilienne de 33 ans, élue six fois meilleure joueuse du monde (2006, 2007, 2008, 2009, 2010 et 2018), aura donc l'opportunité d'affoler encore plus son compteur de buts.  Record de buts en Coupe du monde, hommes et femmes confondus :  1 - Marta (Brésil) : ⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽ | 17 buts en cinq Coupes du monde  2 - Miroslav Klose (Allemagne) : ⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽ | 16 buts en quatre Coupes du monde 3 - Ronaldo (Brésil) : ⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽ | 15 buts en quatre Coupes du monde  4 - Gerd Müller (Allemagne/RFA) ⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽ | 14 buts en deux Coupes du monde  4 - Abby Wambach (États-Unis) : ⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽ | 14 buts en quatre Coupes du monde  4 - Birgit Prinz (Allemagne) : ⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽ | 14 buts en cinq Coupes du monde  5 - Just Fontaine (France) : ⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽⚽ | 13 buts en une Coupe du monde  Dans ce palmarès, les 13 buts du Français Just Fontaine, inscrits lors de la seule édition 1958 de la Coupe du monde organisée en Suède, resteront, à n'en pas douter, une performance difficilement égalable. EURONEWS

« Keep America great », le nouveau slogan de Trump

"Keep america great", avec ce nouveau slogan, Donald Trump s'est officiellement lancé dans la course pour un second mandat à la tête des Etats-Unis. Et ses partisans était au rendez-vous en Floride. Certains avaient même attendus toute la nuit pour assister à ce qui a été présentée comme la mère de tous les rassemblements, rien de moins.  20 000 supporteurs sont donc venus entendre Donald Trump, scandant régulièrement 4 ans de plus!  "Il y a exactement 4 ans cette semaine, j'avais annoncé ma candidature et lancé ma campagne pour la présidence des Etats-Unis. Et il s'avère que c'était plus qu'une campagne, c'est devenu un grand mouvement politique grâce à vous, un grand mouvement." Promettant "un séisme dans les urnes", Trump l'a assuré: "nous y sommes arrivés une fois, nous y arriverons encore." De "Make America Great Again" à "Keep America Great", il n'y a qu'un pas. Aucune nouvelle proposition ou orientation annoncée. Donald Trump dit avoir toujours à cœur de défendre les droits des travailleurs américains, il a dénoncé les Fake news et l'immigration clandestine, promettant d'achever ce qu'il a commencé : "D'ici la fin de l'année prochaine, nous aurons construit plus de 400 miles de mur, ça avance rapidement. ça avance très rapidement. Et vous savez que nous n'avons pas pu faire approuver le mur par les démocrates même s'ils avaient voté pour, il y a quatre et six ans. (...) Ça avance vite, c'est beau. J'ai changé le design. Le mur va être plus solide, plus grand, mieux et moins cher." Sur le bilan, Donald Trump a mis en avant les bons chiffres de ce qu'il appelle "L'Economie Trump". Il a aussi réitéré ses positions connues sur l'Iran et Israël, en défendant sa décision emblématique sur le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem.  "Nous avons renoué le lien d'amitié avec notre cher allié, l'Etat d'Israël", a-t-il déclaré sous les applaudissements. Sur l'Iran, Donald Trump a de nouveau dénoncé l'accord "désastreux" sur le nucléaire iranien dont il a retiré les Etats-Unis en 2018, claironnant avoir "imposé les sanctions les plus dures jamais appliquées contre le premier Etat parrain du terrorisme dans le monde". Le président américain a également juré que sous son mandat, les Etats-Unis viendraient à bout du cancer, du sida, ... et prépareraient la voie pour envoyer des Américains sur Mars. Mais Donald Trump n'était pas le bienvenu pour tout le monde en Floride.  Selon les sondages, il serait même derrière les potentiels candidats démocrates dans plusieurs états-clefs américains... Une autre Fake news selon Trump. EURONEWS

L’ancien lutteur, Mor Fadam a tiré sa révérence, ce mardi 18 juin à Guédiawaye, Dakar.

a lutte sénégalaise est en deuil. Le propriétaire de l’écurie Mor Fadam n’est plus. L’ancienne gloire, selon des sources, a rendu l’âme juste après avoir fini ses ablutions pour préparer la prière de Tisbar, chez lui à Guédiawaye. Ce samedi, il a été aperçu à l’Arène nationale, lors du combat Gris 2 vs Reug-Reug. Mor Wade, à l’état civil, est né à Fadam dans la région de Louga, commune de Koky, d’où son surnom Mor Fadam. Il a fait ses débuts dans la lutte en 1974, Ayant débarqué à Dakar en 1976, l’entraîneur et directeur de l’écurie Mor Fadam, de nature calme et sereine, a retenu l’attention sur de nombreux événements qui ont marqué sa riche carrière de 29 ans. Mor Fadam, qui s’exprimait sur Xibar.net en 2011, a remporté en 1991, le Drapeau du chef de l’Etat. Et l’année suivante, il a été champion d’Afrique et médaillé d’or pour le Sénégal. Mais, son plus amer souvenir, disait-il, demeure son combat contre Tyson en 2002. Les deux lutteurs se sont d’abord affrontés en Gambie en 2001, un combat sans verdict, disait-on. Et  la deuxième confrontation a eu lieu à Dakar avec la victoire de Tyson. Mor, qui a toujours déploré la violence dans l’arène, ne se limitait pas à la lutte. Il a aussi gagné beaucoup de trophées et de médailles en Judo. La coupe de l’Assemblée nationale, La coupe de l’Ambassadeur du Japon et tant d’autres événements et compétitions. Senego présente ses condoléances à la famille éplorée, au monde de la lutte sénégalaise et du sport en général.

Macky dénonce la convention de non double imposition avec l’Ile Maurice

Notre pays a perdu 150 milliards de recettes fiscales au détriment de l'Ile Maurice et risquait d'en perdre encore plusieurs milliards à l'horizon 2021… Le Sénégal avait signé en 2002 une convention de non double imposition avec l'Ile Maurice. En 17 ans d'existence, le Sénégal a perdu près de 150 milliards de francs de recettes fiscales à cause de cette convention qui a été plus profitable à l'Ile Maurice, un paradis fiscal couru, qu'à notre pays. Le Président de la République soucieux de préserver les intérêts du Sénégal à l'orée de l'exploitation du pétrole et du gaz en 2021, notre pays aurait pu perdre plusieurs centaines de milliards comme ceux enregistrés durant ces 17 dernières années si rien n'était fait. Conscient de cela, le président Macky Sall a instruit le ministre des Affaires étrangères, Amadou Ba, de dénoncer cette convention. De sources sûres, le Gouvernement, par le biais du ministère des Affaires étrangères et sur demande du président de la République, a dénoncé la convention de non double imposition qui liait notre pays à l'Ile Maurice, un paradis fiscal très couru. "En vue de renforcer leur coopération économique dans le domaine fiscal, la République du Sénégal et la République de Maurice ont signé à Dakar le 17 avril 2002, la Convention tendant à éviter les doubles impositions et à prévenir l'évasion fiscale en manière d'impôts sur le revenu. Cette Convention se fixe pour objectif d'éviter la double contribution fiscale des nationaux des deux Etats. Elle vise également la prévention de la fraude et de l'évasion fiscales internationales qui sont évolutives, multiformes et complexes, et qui menacent la préservation de l'assiette fiscale" tel était  en partie l'exposé des motifs de l'accord liant les deux Etats signé en 2002 et ratifié par l'Assemblée nationale le 06 février 2004. Le 1er juillet prochain étant la date butoir de reconduction tacite de cette convention bilatérale qui n'a guère profité à notre pays, les autorités ont donc pris les devants pour notifier à la partie mauricienne leur décision de mettre fin  à ce texte. En effet l'Article 29 intitulé "Dénonciation" précise que "la présente Convention demeurera en vigueur tant qu'elle n'aura pas été dénoncée par un Etat contractant. Chaque Etat contractant peut dénoncer la Convention par écrit et par la voie diplomatique à l'autre Etat contractant, au plus tard le 30 juin de chaque année civile postérieure à la cinquième année suivant celle de l'entrée en vigueur de la Convention, dans ce cas, la Convention s'appliquera pour la dernière fois : à Maurice, à l'impôt sur le revenu de l'année fiscale commençant à partir du 1er juillet qui suit immédiatement la notification de la dénonciation ; au Sénégal,  à l'égard de l'impôt retenu à la source sur les montants payés à des non résidents ou portés à leur crédit, à partir du 1er janvier de l'année civile qui suit immédiatement l'année de la notification de la dénonciation et à l'égard des autres impôts, pour toute année d'imposition commençant à partir du 1er janvier de l'année civile qui suit immédiatement l'année de la notification de la dénonciation". Environ 150 milliards de recettes perdues par le Sénégal en 17 ans de convention "Le président Macky Sall en connaissance de cause et surtout à l'orée de la production du pétrole et du gaz a cherché à prendre les devants pour la préservation de nos ressources naturelles puisque, du fait que l'Ile Maurice est un paradis fiscal très couru, nombre d'entreprises étrangères investissant au Sénégal dans les ressources minières comme l'or ou le zircon ont choisi de domicilier leurs sociétés à l'Ile Maurice. Une manière de ne pas payer de recettes fiscales en profitant de la convention existant entre les deux pays. Un stratagème qui a fait perdre près de 150 milliards de frs à notre pays au cours de ces 17 années. Alors ne voulant pas que d'autres compagnies pétrolières s'engouffrent dans cette brèche puisque rien n'empêche à ces majors de pousser des sous-traitants à aller s'installer en Ile Maurice tout en travaillant au Sénégal, le Président a décidé de dénoncer la convention. Ce pour que notre pays ne se retrouve pas avec des pertes de recettes fiscales qui pourraient s'élever à des centaines et des centaines de milliards de frs lorsque l'exploitation du pétrole et du gaz commencera" souligne une source très au fait de ce dossier. L'Ile Maurice, sur la "liste grise" de l'Union européenne L'Ile Maurice attire de nombreuses sociétés offshore grâce aux "facilités" qu'elle leur octroie, avec plus ou moins de transparence. Selon l'Agence mauricienne de promotion des activités financières, citée par Le Monde.fr, l'île comptait en 2017 pas moins de 967 fonds d'investissement, 450 structures de capital-risque et 23 banques internationales. Sans parler des sociétés offshore – plus de 20 000 – qui ont élu domicile à Maurice. Depuis le début des années 2000, fonds de placement et de pension, banques commerciales, d'affaires et d'investissements ont trouvé refuge dans ce "hub" de l'océan Indien. Au point qu'en 2017, le secteur des services financiers représentait à lui seul près de 50 % du PIB, contre 7 % pour le tourisme et 15 % pour l'industrie. Ces avantages liés à la "résidence fiscale" de sociétés et de particuliers fortunés à Maurice placent l'île dans le radar mondial des "paradis fiscaux". Evasion fiscale, opacité sur les montages et mouvements de fonds, blanchiments de capitaux aux origines douteuses (drogue, terrorisme, etc.)… Maurice est dans le collimateur de nombreuses associations et Etats. "Maurice est devenue en moins de dix ans une place de choix pour les investisseurs internationaux. C 'est l'optimisation fiscale qui attire tous ces capitaux, précise Jérôme Appavoo. A Maurice, les avantages et astuces de nos schémas fiscaux sont élaborés dans le strict respect des lois. En domiciliant ici une société offshore [dont 80 % des activités sont réalisées à l'étranger], les investisseurs peuvent percevoir des revenus non pas en salaires [taxés à 15 %], mais en dividendes taxés à seulement 5 %, pour ceux qui s'élèvent à 90 000 euros par an, avec en outre une imposition sur les bénéfices de 3 % [contre 28 à 33,3 % en France]. Ayant compris cela, des investisseurs futés évoluant surtout dans le domaine de l'or et du zircon ont créé des sociétés offshore à partir desquelles elles intervenaient au Sénégal. Du fait de la convention de non double imposition qui vient d'être dénoncée par l'Etat, elles ne payaient leurs impôts qu'à Maurice. Une île où, encore une fois, les impôts c'est des cacahuètes. Quant au fisc sénégalais, il n'avait que ses yeux pour pleurer. Et encore, ce n'tait rien par rapport à ce qui risquait d'advenir si l'exploitation de nos hydrocarbures avait commencé ! SENEWEB

TENSIONS DE TRÉSORERIE : LE DÉMENTI DU MINISTÈRE DES FINANCES

Le ministère des Finances et du Budget a démenti les informations de presse faisant état de tensions de trésorerie et d’accumulation d’arriérés de paiements importants, assurant que le processus d’exécution du budget 2019 "se déroule normalement". "Le processus d’exécution du budget 2019 se déroule normalement avec un rythme de recouvrement correct des recettes ainsi qu’une prise en charge satisfaisante des dépenses", peut-on lire dans un communiqué reçu des services du ministère des Finances et du Budget. Il rappelle que des informations véhiculées à travers la presse "au cours de ces derniers jours font état de tensions de trésorerie au niveau de l’Etat et d’accumulation d’arriérés de paiements importants vis-à-vis d’entreprises exécutant des investissements publics".  "Au titre des dépenses financées sur ressources internes, depuis le 15 avril 2019, indique le communiqué, une enveloppe globale d’un montant de quatre cent quatre-vingt-onze milliards neuf cent quarante-quatre millions (491,944 milliards) de FCFA a été mobilisée" pour notamment prendre en charge des dépenses de personnel pour 146,490 milliards de FCFA. Il évoque aussi le remboursement du service de la dette publique pour 117,216 milliards de FCFA et le paiement des prestataires de services et des décomptes dus aux entreprises exécutant des travaux au titre des projets et programmes d’investissements publics pour 228,239 milliards de FCFA. "Pour les dépenses financées sur ressources externes, depuis le 15 avril 2019, un montant total de soixante-sept milliards cent millions (67,1 milliards de FCFA) a été payé dont vingt-huit milliards deux cents millions (28,2 milliards de FCFA) pour le secteur des BTP et le TER", rappelle la même source. "A ce jour, les critères d’évaluation du Programme économique et financier du Sénégal sont respectés, notamment le plafond trimestriel des instances de paiements et le plancher des dépenses sociales", assure le ministère des Finances et du Budget, ajoutant qu’en définitive, "toutes les dépenses arrivées à maturité sont prises en compte" par les services compétents. APS

Dernière minute – Le procureur de la République requiert un an de prison ferme contre Abdoul Mbaye

Abdoul Mbaye risque la prison. Le Procureur général de la Cour d’appel de Dakar a dressé un réquisitoire de feu contre l’ancien Premier ministre dans le procès l’opposant à son ex épouse, Aminata Diack. Le maître des poursuites Babacar Sadikh Niang a requis un an ferme contre l’ancien Premier ministre.  Et pour ce qui est de son complice Adama Thiam l'officier d'État civil  le maître des poursuites demande la relaxe. Car selon lui Thiam a agi sous le contrôle de ses supérieurs.  Le procès en appel de Abdoul Mbaye, pour faux et usage de faux et tentative d’escroquerie s’est ouvert, ce mardi, à la Cour d’appel de Dakar. PressAfrik

AMINATA DIOP SALL OFFERTE EN MODÈLE DE RÉUSSITE DANS LES DISCIPLINES SCIENTIFIQUES

 Le ministre de l’Education nationale, Mamadou Talla, a offert lundi Aminata Diop Sall, directrice sécurité et qualité de l’Agence pour la sécurité de la navigation en Afrique et à Madagascar (ASECNA), en modèle pour les filles voulant exceller dans les disciplines scientifiques. ’’Vous avez en votre marraine, madame Aminata Diop Sall, de par son parcours, un modèle parfait et une preuve que les disciplines scientifiques sont accessibles aux filles’’, a-t-il déclaré à la cérémonie de remise de prix aux lauréates de la 8ème édition du concours de ‘’Miss Mathématiques et Miss sciences’’. La directrice sécurité et qualité de l’ASECNA était la marraine de l’édition 2019 de ce concours national qui récompense les meilleures filles des classes de quatrième et de seconde sur les matières scientifiques, notamment les mathématiques, les sciences physiques et les sciences de la vie et de la terre. La manifestation avait pour thème : ‘’Les mathématiques et les sciences au service de l’élégance’’. Aminata Diop Sall, première femme nommée à la tête de l’aviation civile au Sénégal (2001) ’’s’est hissée à une station professionnelle peut accessible aux femmes, a indiqué Mamadou Talla. ’’Cette ingénieure aéronautique de formation constitue à cet effet un modèle devant amener à ’’vaincre les préjugés et stéréotypes qui font que les matières scientifiques sont des domaines réservés aux garçons’’, a-t-il salué.  ’’Vous pouvez évoluer dans tous les secteurs scientifiques’’, a pour sa part dit la marraine aux lauréates, en les invitant au passage à ne pas négliger pour autant les disciplines littéraires, particulièrement le français et l’anglais, qui peuvent départager les candidats lors des concours d’entrée aux grandes écoles. La première place du concours Miss science (pour les classes de seconde S) a été décernée à Fatoumata Diop, élève au lycée scientifique de Diourbel. Elle a eu comme dauphines Anna Gaye et Adja Rokhaya Fall, respectivement du lycée Malick Sall de Louga et de la maison d’éducation Mariama Ba de Gorée. Dans la catégorie des collégiennes, la première place de Miss Mathématiques est revenue à Sarata Diop, du collège privé Amadou Sow Ndiaye de Saint Louis. Ngoné Ndack Mbow (Diourbel) et Souado Anne Pouye (Kaolack) et ont respectivement été la première et la deuxième dauphine. SMD/AKS APS

Top